Emmanuelle Duez, entrepreneure visionnaire

rencontre emmanuelle duez celine boura

« Et si l’ambition prenait un autre sens ?
En osant s’épanouir à chaque échelon de sa vie.
En osant poursuivre un idéal, le seul qui vaille : le sien »

 

C’est à travers ces quelques mots sur la scène d’Osons la France en avril dernier que j’ai découvert Emmanuelle Duez, entrepreneure de talent qui se qualifie elle-même d’exploratrice, que je qualifie moi-même de visionnaire. Visionnaire par la force et la précision de ses convictions – et sa capacité à les mettre au service de son entreprise qui cartonne, parce que positionnée sur les besoins fondamentaux de notre époque.

Du haut de ses 27 ans,
elle co-dirige
The Boson Project,
laboratoire de développement
du capital humain

Parmi ses clients, des entreprises du CAC40 auxquelles elle propose des solutions innovantes visant à créer de la valeur et des valeurs pour dessiner « demain », en faisant toujours le pari de l’humain.

Sa spécificité : capitaliser sur les valeurs de la génération Y (quête de sens et d’épanouissement) pour faire évoluer l’organisation, le management et la stratégie des entreprises qui ont compris que la mutation de la société s’opère par de profondes transformations intérieures.

Allure d’étudiante et femme d’affaire affirmée, j’ai tout de suite été frappée par sa cohérence entre ces 2 paradoxes. Elle a pour moi sa juste place ici, parce qu’actrice du changement, à la pointe de l’innovation et de la créativité. Elle a tout naturellement accepté ma demande pour qu’on se rencontre, notre interview a eu lieu le 27 novembre dernier.

Emmanuelle a plein de choses à dire et partager, à la fois très pro, sincère et spontanée, notre conversation a duré plus longtemps que prévu… du coup la retranscription aussi !

Arrivée à notre rdv, elle évoque ouvertement avant que la caméra ne tourne la complexité à être soi quand on réussit… Ce thème, non prévu au « programme » initial, est donc naturellement venu se greffer à l’interview, parce qu’on entend trop peu parler de ce revers de la médaille et de l’enjeu que cela représente à gérer avec soi et avec les autres.

J’aime son discours pragmatique et ambitieux, elle incarne très bien l’adage qui dit que « Pour sortir du système, il faut savoir être dedans ».

Pour moi elle rassemble
tous les attributs d’une
identité de marque réussie :

_ un positionnement unique
_ un discours clair et engageant
_ une image impactante
_ la cohérence entre ce qu’elle est, ce qu’elle vend et ce qu’elle communique

Je lui laisse la parole pour nous parler de son parcours, ses idéaux, sa vision de la réussite. Projecteur sur une jeune femme dont on va entendre de plus en plus parler !

Au menu aujourd’hui :

_ Tu as 27 ans et tu es à la tête d’une société qui conseille les grandes entreprises sur l’innovation et la créativité. Quel a été ton parcours pour en arriver là ?
_ The Boson Project, ça signifie quoi et ça s’adresse à qui ?
_ Quelle est la mission de ton entreprise pour faire avancer la société ?
_ Qui sont les clients ?
_ Comment, quand on est une femme, jeune et belle, on convainc les grandes entreprises d’acheter ses services ?
_ Oser être soi… le revers de la médaille
_ Qu’est-ce qui te permet de garder le cap dans les moments difficiles ?
_ Tes conseils aux entrepreneurs pour oser être « clivant » ?
_ Le luxe d’être toi, c’est quoi ?

© Musique : « Walking on my dreams » – Elephanz

rencontre celine boura emmanuelle duez

Je tiens à préciser que je fais toutes mes interviews toute seule de A à Z, je découvre en simultané ce que c’est que d’être journaliste, filmeuse, monteuse… Penser au son, à la lumière, à la musique, au cadrage, au rythme, j’apprends sur le tas à chaque interview.

Vivre le moment ou le filmer ou le monter…
j’ai décidé de ne pas choisir et de tout faire à la fois !

J’y passe un nombre d’heures incalculables, en plus de tout le reste à gérer… mais je tiens à retranscrire moi-même ce que j’ai vu, entendu, senti pour chacune de ces rencontres. Je ne cherche pas la perfection ni le corporate, plutôt à capter des instants de vérité, les multi-couches qui composent la personnalité d’un entrepreneur qui se donne les moyens de réussir. Les trajectoires m’intéressent bien plus que les façades !

Vous pouvez retrouver mes précédentes interviews filmées en cliquant sur les liens suivants :
Anne Thévenet-Abitbol – directrice de la prospective chez Danone
Layticia Audibert – rédactrice en chef du webmag Le Provocateur de Sourires
Aude de Thuin – fondatrice du Women’s Forum et d’Osons la France
Amandine Crochet – photographe intimiste

De nombreuses autres interviews sont prévues sur 2014… et les hommes seront bientôt à l’affiche !

 

21 Commentaires

Aurélie Perles

Waouh ! j’adore !!!
être clivant….
je me suis reconnue…un peu en elle
J’aime son sourire et son naturel
merci Céline de nous permettre de rencontrer une si belle peronne ! toujours aussi inspirant !

Répondre
Céline

Merci Aurélie, pas étonnée que tu aies accroché avec la personnalité d’Emmanuelle ;-)

Répondre
morgane

Chère Céline, le miroir, toujours le miroir ! Une belle résonance entre vos deux personnalités et, je l’avoue comme Aurélie, je me suis aussi retrouvée en elle. Une rebelle, une vraie, qui fait avancer le monde. J’ai envie de prendre par la main tous les managers que j’ai pu croiser et vous les amener, et pourtant je sais bien que c’est aussi à eux de faire ce chemin…
Je ne sais même plus comment on nomme ma génération, une chose est certaine, je n’y suis pas à l’aise. Non pas que je veuille intégrer la « Y », mais plutôt me sentir melting-pot, prendre ce qui me convient pour créer quelque chose d’original. La singularité, la personnalité…
Emmanuelle, elle est trop, c’est vrai. Trop bien, trop cool, trop passionnante. La complexité de sa pensée, la simplicité de son discours, tout ça est inspirant et enthousiasmant. Soyons tous trop !
Merci pour tout ce travail que tu fais pour nous, pour toi, c’est d’une grande et rare valeur.
Et je manifeste ton droit, mon droit, notre droit à l’imperfection !
Let’s clive together :)

Répondre
Céline

Merci Morgane, j’ai malheureusement dû couper au montage certains passages (40 min d’itw pour en garder 10, et je n’ai pas pu aller en-dessous de 13 !) et à un moment elle parlait du fait que le génération Y c’est en fait un état d’esprit, bien plus qu’une tranche d’âge… question de personnalité plus que d’état civil, de capacité à vouloir faire bouger les choses, à trouver du sens à son travail, à ne plus cliver le pro et le perse… et merci pour ton droit à l’imperfection, donnons nous le droit d’être nous tout simplement ;-)

Répondre
Béatrice

Joviale et acidulée, pétulante et pleine d’aplomb… j’adore cette vidéo, ces paroles requinquantes. Et Céline, si pleine de joie lorsque tu pars caméra au bras, ce qui me laisse penser que la photo, la vidéo, c’est pour toi ! Oui, je te vois « Reporter de vies »!

Répondre
Céline

Merci Béatrice, « reporter de vies », oh oui ça me va tout à fait !! Petite je voulais être entres autres photographe, journaliste, écrivain… petit à petit je rassemble les morceaux du puzzle, je mets tout dans le shaker et puis ça sort d’une façon ou d’une autre ;-)

Répondre
Céline

Merci Annie, je pense que toutes les personnes que je côtoie et qui lisent mon blog sont des Y dans l’âme !

Répondre
Yves

Ah oui ! Profil génial :) J’aime beaucoup le style de ton invitée :)

A la fois un vrai franc parler et un discours pointu sur son domaine.

Ce qui me séduit peut être le plus, c’est le fait que si tu l’avais laissée faire, je crois qu’on aurait eu une vidéo de 2h !

Les entrepreneurs qui débordent d’enthousiasme me fascinent. C’est tellement beau d’être porté par son sujet.

Merci Céline pour cette rencontre et merci Emmanuelle pour ce passionnant échange !

Répondre
Céline

Merci Yves, oui comme je l’ai dis l’itw a duré presque 40 min, j’ai dû enlever la moitié des questions prévues puisque d’autres sont venues se greffer en cours de route… concilier l’itw pro et la conversation spontanée, encore un autre métier que j’apprends sur le tas ;-)

Répondre
Natalia

YESSSS,c’est frais, c’est émerveillant, c’est juste, c’est jubilatoire. Cette génération Y nous distille son génie!

un BIG MERCI à toi Céline pour cette rencontre avec Emmanuelle, qui m’envole, vous agissez comme deux véritables accélérateurs de rêves :
« Vivre ma vie de femme artiste comme une trapéziste »!
Précision – Confiance – Créativité.

Enfin le « hors norme », le « hors case » ou le « hors cadre » prend tout son sens, sa valeur et sa place.

Un envol de félicitations pour ton travail, Céline.

Répondre
Céline

Merci Natalia, et oui de plus en plus ici je vais faire de la place pour le hors norme, le hors case et le hors cadre… et pour pouvoir en sortir, il faut d’abord être rentré dedans ;-) Garder les règles puis faire sa sauce, dans le respect de soi et des autres… valable pour tout finalement… !

Répondre
Peggy

Ah là là je vais me garder cette ITW pour la revoir régulièrement tellement elle a dit des choses… Que j’aimerais dire et ressentir si j’osais et si je n’essayais pas d’être celle que je ne suis pas juste « pour rentrer dans le moule » :)

Répondre
Céline

Peggy, le moule c’est fini, n’est-ce pas ?! Tu es en train de créer le tien et ça vaut le détour ;-)

Répondre
Ludivine

Merci pour cette interview Céline, c’est rafraichissant ! Et enrichissant !
Comme d’habitude, ça fait réfléchir tout ça !
Merci Emmanuelle, merci Céline !

Répondre
Céline

Merci Ludivine, ravie de pouvoir amener encore plus de réflexion et d’action… à bientôt !

Répondre
Yvan

Ah la la, que cette génération Y nous fait du bien :-) J’aime beaucoup ce petit passage sur « Oser être soi… le revers de la médaille » qui apporte une nouvelle perspective. Car en effet on peut vite avoir tendance à faire de l’ombre à notre entourage. Je trouve aussi qu’être soit donne cette possibilité du tout est possible…la difficulté est alors…en tout cas la mienne…de choisir et de ne pas se disperser. A très bientôt Céline.

Répondre
Céline

Bonjour Yvan, merci pour ton commentaire et ton avis sur « être soi, le revers de la médaille », car effectivement comme tu le dis très bien, le tout est possible est enivrant et peut devenir déstabilisant, d’autant plus quand on est le seul maître à bord. Choisir et ne pas se disperser.

J’accompagne plusieurs clients sur ce cas précis, car avancer et réussir n’est pas une fin en soi, et l’enjeu c’est de ne pas se perdre face à la machine qui s’envole… l’important c’est de toujours revenir au pourquoi on fait le choses. Ca évite le fameux écueil que j’ai vu tant de fois autour de moi « Gagner sa vie et y perdre son âme ». Je pense au contraire que le luxe d’être entrepreneur c’est de faire en sorte de gagner sa vie en y gagnant son âme. Une discipline au quotidien, mais ça vaut tout l’or du monde !

Répondre
Yvan

Pourquoi fait on les choses. C’est clair ! Simon Sinek en a d’ailleurs dédié un livre pas mal du tout « Start With Why ». Aller à très bientôt.

Répondre
Hélène

Je découvre aujourd’hui cet interview d’Emmanuelle rencontrée grâce à toi Céline. Grand merci pour les deux. Cette jeune et jolie femme m’avait déjà enthousiasmée lors de son intervention et cet entretien me confirme mon ressenti. Elle a déjà tout compris… J’adore cette notion d’être « clivante », et je vais la reprendre ! C’est beau cet enthousiasme et ce naturel, cette personnalité assumée. Vraiment je suis fan !

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>