Vive l’imperfection et le temps qui passe !

Beauté femme mûre et chirurgie esthétique

« Notre société voue un culte à la jeunesse.
Si on continue avec l’idée que la beauté
est liée à l’absence de rides,
on va passer à côté de la splendeur »

 

Au milieu du ELLE Spécial Mode de la rentrée, ces mots faisaient carrément figure d’OVNI. Ils étaient pourtant prononcés par Sophie Fontanel, illustre journaliste du magazine, qui donnait une interview à propos de la sortie de son livre « Grandir », récit de sa magnifique et difficile relation avec sa mère malade de 86 ans.

Il faut dire que le magazine ELLE et ses consoeurs ont pris l’habitude de nous pondre des articles sur la beauté des femmes « mûres » qui dépassent souvent l’entendement.

On nous sort une Julia Roberts archi refaite de partout, avec un visage qui a perdu toute sa spontanéité, et on nous colle à côté une interview insipide et totale langue de bois, du type « Je veux que mes enfants sachent quand je suis en colère, quand je suis heureuse ou quand je suis perplexe. Un visage raconte une histoire. Et cette histoire ne devrait pas se limiter au nombre de visites que vous avez faites chez le chirurgien ».

Et on trouve ça normal.
Et on va où avec ça ?
Droit dans le mur !

Beauté femme mûre et chirurgie esthétique

Ce post est un coup de gueule
contre la presse féminine
et son impact sur l’image de soi

On nous présente des stars refaites de partout + lissées à grand coups de pinceaux Photoshop, qui clament haut et fort être entièrement naturelles et on fait passer cela pour la beauté d’une femme mûre. Ces derniers mois, j’ai lu et entendu tout et n’importe quoi. Extraits.


Zazie

« Elle est nature : sur la photo de la pochette de son album, elle a refusé, pour la première fois, toute retouche. « Je ne suis pas mannequin, je suis chanteuse. Je ne voulais pas être obligée, sous prétexte que je suis une femme, de me montrer sans ride. Je ne veux pas être créditée d’un visage que je n’ai pas »…

… dit-elle à côté de la photo pleine page qui illustre l’article, le visage ultra lissé, photoshopé dans les moindres détails, vidé de toute expression.

 


Julia Roberts

« Je trouve malheureux de vivre dans une société tellement obsédée par l’apparence que les femmes ne se donnent pas la chance de voir à quoi elles ressembleront quand elles seront vieilles. Je veux savoir quelle tête j’aurais au moment de faire le bilan »…

… franchement, vous avez vu la tête qu’elle a sur les pubs Lancôme, les couvertures de magazines et les affiches de son film en ce moment ?

 


Teri Hatcher

« Teri Hatcher sort de son bain, se regarde dans la glace, plisse les yeux, se prend en photo et la poste sur Facebook : « Est-ce que j’ai l’air botoxée ? Que cela vous plaise ou non, ceci est mon visage, sans chirurgie, sans implant »…

… parce qu’elle croit que sa minuscule ride du lion va suffire à nous convaincre ! Personnellement, son visage me fait plutôt de la peine. Tout comme ses collègues de Desperate Housewives qui, à 45 ans, ont toutes le même nez trompette, les mêmes pommettes saillantes, les mêmes lèvres pincées, la même silhouette à la limite de la maigreur…

 

Et puis il y a toutes les autres dont on nous vante le naturel à longueur de pages, avec Demi Moore en chef de file, suivie pas loin par les Cate Blanchett, Robin Wright ex-Penn, Sarah Jessica Parker, etc… et en France notre chère Carla Bruni-Sarkozy !

Elles ont des masques de cire à la place de leur visage et nous font croire que leur secret c’est, au choix, boire 3L d’eau par jour, faire l’amour avec un apollon, dormir 8h par nuit, faire du yoga 2h chaque matin, se faire un masque au caviar ou partir en retraite méditative.

Et surtout, rien d’autre ! Forcément, une femme lambda qui lit ça, se sent ridicule.

Beauté femme mûre et chirurgie esthétique

Que ces femmes médiatiques passent entre les mains de la chirurgie esthétique, c’est leur liberté, et sûrement pour certaines leur devoir (histoire de ne pas se faire piquer par une jeunette une place durement acquise par des années de labeur).

Il n’y a aucun mal à cela, et ma critique ne se porte pas là. D’ailleurs pour certaines le résultat est bien meilleur que le postulat de départ (cf. Demi Moore).

Ma critique se dirige
à l’encontre des médias
qui véhiculent l’hypocrisie
de faire croire que tout cela
est parfaitement naturel

Et par ce biais d’alimenter le business des soins anti-rides, des crèmes minceur, de la médecine anti-âge… mais surtout le business des anti-dépresseurs.

Aujourd’hui, on vit dans une société qui non seulement n’accepte pas les rides, mais qui plus globalement n’accepte pas les différences, les failles, les accidents de parcours, les chemins de traverse… on court derrière la perfection, le lisse, le plat, l’inaccessible, pour oublier de vivre ce qu’on a à portée de main.

Quel gâchis !
 

« Qu’est ce qui vous surprend le plus dans l’humanité ? »
demanda-t-ton au Dalaï-Lama.
Il répondit « Les hommes…
parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent,
ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé.
Et à penser anxieusement au futur,
ils oublient le présent, de telle sorte
qu’ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur.
Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir,
et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu… »

 

Beauté femme mûre et chirurgie esthétique

© Photos collection coiffure Jean-Claude Aubry

 

13 Commentaires

Régina

Un article « coup de gueule » comme je les aime!
Hier soir justement j’ai vu un reportage sur Teri Hatcher qui expliquait pourquoi elle voulait montrer son visage tel qu’il est nature c’est à dire en se démaquillant ou bien au saut du lit pour donner l’exemple à sa fille: ne pas répéter les mêmes erreurs que sa maman quelques années auparavant.
A force de vouloir arrêter le temps on finit par arrêter une âme.

Répondre
Charles

J’ai débuté jeune, 25 ans, les traitements anti-âges. J’entends par cela l’application de crèmes anti-rides, suivi de peeling et laser dans un cabinet dermatologique. Résultat, à 28 ans on me surnommait « Musée Grévin » de part l’aspect cireux de mon visage. J’étais entré dans un cercle vicieux, lorsque le peeling n’était plus efficace pour retirer les cicatrices d’acnés ou de bagarres de cour d’école (de plus une réaction au peeling m’avait brulé le visage me causant de nouvelles cicatrices), j’ai donc débuté les séances de laser. A l’inverse de tout se qu’on peut lire, ça laisse des traces pendant une dizaine de jours, de grosses taches violettes! Mais je n’étais toujours pas satisfait, alors mon médecin me conseilla les injections de comblement par acide hyaluronique et là une prise de conscience me fit dire Stop! Qu’est-ce que j’essayais de cacher, pourquoi cette quête de dissimuler mes blessures? Oui puisque c’était mes failles et cicatrices de l’âme que je tentais d’effacer, hors ce n’est pas à coup de crèmes et bistouri qu’on y arrive, ça serait trop simple, n’est-ce pas?! Donc, je pris le temps de me re-connaitre et d’accepter ce nouvel homme. J’ai laissé certaines blessures de vie se recoudre et parfois se réouvrir sans me sentir coupable.
L’année dernière pour soigner un petit souci dermatologique au pied, je suis retourné voir mon médecin et il m’a trouvé beau, que les années m’allaient bien, que j’avais changé. Oui j’ai changé, je ne focalise plus uniquement sur mon aspect extérieur, j’ai pris entière possession de mon être.
Alors oui, 5 ans après l’arrêt de « mes travaux de reconstruction faciale », je continue à prendre soin de ma peau, des rides se sont installées, malgré les crèmes miracles, mais elles sont aussi l’historique du temps sur mon visage, puisque c’est mon histoire et je commence tout juste à l’aimer.

Répondre
fanny

J’adore le témoignage de Charles…et ce coup de gueule est mérité..toutes ces dérives sont scandaleuses et quand je pense que les jeunes filles et femmes également tentent de ressembler coute que coute à un standard qui n’existe pas, je trouve ça effrayant…

Cultivons notre naturel..

Répondre
fanny

ah oui, les photos de cette femme sont sublimes ! Et d’ailleurs, la 1ere agence de mannequins pour Sénior vient d’ouvrir…

Répondre
Céline

@ Régina : « à vouloir arrêter le temps on arrête une âme » : tout est dit, merci !
@ Charles : merci pour ce très beau témoignage, émouvant et sincère, une vraie leçon d’humilité !
@ Fanny : il était temps qu’une agence senior voit enfin le jour, je pense que nous n’en sommes qu’au début d’un grande évolution des mentalités…cela prendra du temps, mais j’y crois !

Répondre
Rossana

Je suis tout à fait d’accord avec ton article Céline et d’ailleurs merci pour ce coup de gueule qui fait vraiment du bien je trouve !!!
Si on devait écouter les médias ou les diktats de la mode ou ceux d’Hollywood, la vie d’une femme s’arrêterait de toutes façons après 35 ans, c’est dire si les esprits sont encore très étriqués à ce niveau là !!!
Je suis moi aussi scandalisée de lire les interviews de toutes ces actrices/chanteuses qui assument soit-disant leur âge à coup d’injections de botox, de collagène ou de peeling facial (le lifting c’est has been il faut bien le dire !!). C’est donc d’autant plus facile de clamer qu’on porte fièrement ses 45 ans quand on a l’air d’en faire 30… La plupart d’entre elles sont souvent tellement « retouchées » qu’elles n’ont même plus aucune expression… Certaines ont d’ailleurs torpillé leur carrière à cause de ça, je pense notamment à Nicole Kidman qui en est réduite à faire des pubs pour Schweppes ou Monica Bellucci qui est tellement photoshoppée sur les pubs Dior que la voir en vrai en est presque insoutenable…
Bref, comme le dit Charles dans son très beau témoignage, les années laissent des traces sur nos visages qui sont avant tout les marques de notre histoire, de notre vie de ce que nous sommes… vouloir les effacer à tous prix c’est un peu se renier soi même …

Répondre
Cécile

A force de courir vers le Beau, le « Lisse » comme tu dis si bien, nous occultons une partie complète de nous-même ! C’est un peu le mythe de Narcisse qui nous est donné à voir au-travers de ces images retouchées et vides de Vie.

Pourtant, ces images belles et polissées se retrouvent partout, sur différents plans : la quête de la Perfection est ancrée en Nous.
Pourquoi catégorise-t-on tout ? les étiquettes nous font mal (beau/laid, mince/gros…). L’Homme aime décidemment les différences, les apparences et surtout être Parfait aux yeux des Autres…

Nous fuyons tout ce qui peut paraître Laid, nous fuyons surtout ce qui se rapproche de la Mort.

Alors, osons dire haut et fort ce qu’est la VIE : des rides, des corps bien en chair, des cheveux en bataille… moi j’en veux bien ;-)

Répondre
Betises_lau

Mais qui est cette sublime Dame?

Et pourquoi, ô pourquoi, les médias ont-ils peur de mettre en avant ce genre de modèles, ou encore des femmes aux formes généreuses, aux jambes grosses et courtes, aux mains potelées…
Le vent tourne, cher Vogue, cher Elle, cher Marie-Claire, et il est grand temps que vous mettiez un gros coup d’accélérateur vers ce cap dans vos lignes créatives.

Répondre
Céline

Betises_lau, bienvenu(e) et merci pour ce commentaire qui a le mérite d’être clair et direct ! Et oui il semble que c’est ce que tout le monde attend, voir des gens différents, ou peut-être juste « normaux », mais là-bas bien loin les médias font la sourde oreille, ou presque ! Le combat ne fait que commencer ;-)

Répondre
DUBUY

Bonjour Céline,
J’aime ton article et je le partage !
J’assume mes cheveux blanc/gris et mes premières rides. La plupart des gens pensent que j’ai fait une couleur !!! Drôle non ? Bises

Répondre
PLUMOT et sa poussière...

BEAUTE DE LA FEMME MATURE…

Le génie des sculpteurs grecs est d’avoir su se saisir du mouvement et de sa dynamique pour le fixer, comme un défi au temps…
Je ressens la sculpture classique comme étant un mythe d’une beauté intemporelle, un hymne éternel à la gloire de la Femme élevée au niveau de dieu vivant pour toujours…
Mais tout cela n’est qu’illusion, chimère, leurre…

Bien sur la statue a traversé les siècles comme une négation des lois naturelles qui veulent qu’une ombre ne perdure pas au-delà du coucher du soleil…
Mais qu’en est-il du modèle belle Femme s’il en est…
Devant une pâle « copie » en marbre (Car la statue n’est qu’une illusion de son « je »…), je ne peux m’empêcher, ému, de penser à Celle qui inspira le sculpteur et qui au delà du néant qu’elle est à présent m’offre sans pudeur sa nudité…

Parfois même, effleurant avec respect la pierre, je sens la chaleur de sa peau frémir sous mes doigts tremblants… Je perçois ses craintes, ses fiertés, ses peurs, son humanité…

Sentiment identique à celui généré par la traversée, la visite, d’un « village fantôme » de l’ouest américain, par la contemplation d’une vieille photo grouillant de vie et se dire… « A présent ils sont tous morts ! ».

Lot commun…
Banalité que de le dire…

Mais qu’en est-il de vous Madame ?

Pouvez-vous accepter l’inacceptable ? Question chimérique car avez-vous le choix ?
Au-delà de l’hygiène de vie, de l’élégance et des cosmétiques le mythe du docteur Faust reste un mythe…
Si donc la sagesse se cachait derrière l’acceptation du vieillissement ? Le regard de l’autre objecterez-vous !

Je veux Vous rassurer…
Et je le peux !

Tous les hommes ne sont pas des cougars au masculin ayant pour fantasme absolu l’usage et l’exhibition d’un jouet plus jeune qu’eux de plusieurs décennies…

Tous les hommes ne définissent pas la fidélité comme étant le fait d’avoir tout au long de la vie une femme qui -elle- aurait toujours le même âge…

Lorsque j’avais 20 ans je “regardais” les Femmes de 20 / 30 ans les trouvant belles…

Aujourd’hui, alors que je suis plus près de 60 que de 50 ans, se sont celles de 45 / 65 ans que je trouve tout aussi belles…

Sauf quand elles sont liftées !

Une Femme qui sourit avec un regard pétillant est, quelque soit son âge belle…
Les rides naissantes ou affirmées, selon le poids des années, ne sont pas outrages mais sillons d’une terre fertile où la vie a semé des souvenirs bons et mauvais…

Je ne suis pas soumis au diktat de la mode et je ne jette aucun ostracisme sur les Femmes qui échappent aux normes établies de l’esthétisme !

Et si le temps qui vous fait cortège vous fait pleurer, et bien ne retenez pas vos larmes et fermez vos yeux :

Acceptez, Madame, qu’avec pudeur j’embrasse ces pleurs, comme pour les assécher…

Acceptez, Madame, qu’avec délicatesse, je caresse votre joue comme pour en tarir la source…

Acceptez, Madame, que je murmure ces mots à votre oreille “Les années, plus qu’hier et moins que demain ? Effectivement mais pour moi aussi… Comme Vous, avec Vous, près de Vous, je suis dans la barque de l’humaine condition ballotée sur le torrent tumultueux de la vie…”

Ouvrez à présent vos yeux et noyez votre regard dans le mien…
Ecoutez-le Vous dire avec sincérité :

MADAME, VOUS ETES B E L L E !

PLUMOT et sa poussière…

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>